Jean-Claude Marguerite

littérature et photographie

Category: Blogs (page 3 of 8)

Conte de la plaine : une alchimie passionnante

Pour Léa Delapierre  Conte de la plaine et des bois est « une très belle histoire, avec une très belle conclusion ! » Et elle précise sur son blog, chez le chat du Cheschire :

C’est un très beau conte que nous offre Jean-Claude Marguerite, avec un langage riche, une histoire captivante, presque poétique. Cette introspection d’un homme âgé qui se heurte aux rêves d’un jeune garçon ne peut que nous toucher et nous faire vibrer !

De plus, la relation entre le vieil homme et l’enfant est également très bien décrite, une alchimie passionnante.

Conte&Vaisseau2

Conte de la plaine : « une plume travaillée et poétique »

Bibiocosme, qui avait apprécié Le Vaisseau ardent (« un pavé de plus de 1600 pages, imposant et exigeant »),  considère  Conte de la plaine et des bois comme une

« fable touchante faisant la part belle à la nature qui retrouve ici tout son potentiel d’émerveillement »

et regrette le peu de pages…

Le tout est porté par une plume travaillée et poétique qui donne lieu à des passages vraiment très beau qui ne manqueront pas de toucher le lecteur (la croisade des feuilles contre l’hiver, par exemple). Si « Le vaisseau ardent » était sans doute un peu trop long en dépit de son indéniable qualité, ce roman ci est en revanche un peu trop court…

ContePlaineBois_NEW02

Conte de la plaine et des bois : “Puissant !”

La sortie en librairie de Conte de la plaine et des bois est saluée ce jour par la belle critique du cafardsathome (qui se souvient avoir été « littéralement ensorcelé” par Le Vaisseau ardent) , qui commente ainsi la rencontre entre Manu, son chien et le vieil homme :

Entre balade, discussions à l’emporte-pièce et raisonnements de tous les jours, se dégage un dessein plus grand, qui nous dépasse tous, des pistes pour dégager le sens de la vie, de nos vies. Initiatique, ésotérique et hautement symbolique parfois, ce roman au détour de certaines situations et de certaines phrases échangées font pencher le récit dans la métaphysique : le poids des ans et le parcours de vie effectué, les regrets et remords qui peuvent jalonner certaines existences, les souvenirs bons et mauvais, le passage vers l’au-delà / l’après-vie qui nous attend tous… Sans pathos, ni lourdeurs, simplement par le verbe et l’imaginaire collectif, Jean-Claude Marguerite se révèle une fois de plus être un peintre hors pair de l’humanité, de ses affres et de ses petits bonheurs cumulés.

Et de conclure :

Ce Conte de la plaine et des bois ne vous laissera pas indemne, moi-même j’ai été sacrément secoué par la conclusion de cette petite pépite, cette fiction qui rejoint notre réalité partagée. La lecture est fluide, rapide, enivrante et procure attendrissement, émerveillement mais aussi une douce mélancolie qui envahit le cœur et l’âme. Une sacrée expérience que je vous convie à vivre au plus vite. Ce livre est une perle incontournable et un classique en puissance.

ContePlaineBois_NEW02

Conte de la plaine et des bois : “éloge de la rencontre fortuite”

Pour Les Lectures de Pampoune, Conte de la plaine et des bois « se présente d’emblée comme un roman très loin de tout ce que l’on peut connaître… »

C’est avec grand plaisir que j’ai retrouvé l’écriture pleine de poésie de l’auteur qui sait embarquer son lecteur dans l’univers qu’il décrit et qui ne peut laisser indifférent. Avec des personnages très forts et un cadre étonnant, ce roman à l’intrigue sous-jacente se lit comme une longue poésie et un éloge de la rencontre fortuite. Un livre à découvrir !

Et de conclure :

Jean-Claude Marguerite est un auteur à suivre et dont j’espère bien pouvoir lire bientôt d’autres textes.

ContePlaineBois

« Une passation de savoir » : Conte de la plaine sur Babelio

Conte de la plaine et des bois ne paraît que dans trois petites semaines, mais aureliestrega sur Babelio, qui lui accorde cinq étoiles, le résume en une « passation de savoir » entre le vieil homme et l’enfant.

« Le vieil homme retrouve son regard d’enfant et apprend au garçon à voir la beauté des choses, de la nature. »

ContePlaineBois

Conte de la plaine : “un écrit pour la beauté”

Première recension de Conte de la plaine et des bois (à paraître en septembre), par Les mots de nanet… Quelques extraits :

Entre conte et expérience de vie, ce livre m’a emporté au-delà des mots sublimes de l’auteur, dans un voyage onirique.

La nature devient un personnage primordial, le quatrième acteur de ce court roman. Elle est magnifiée par les descriptions, se veut joueuse lorsqu’elle éloigne les héros de leurs sentes, bruyante par les cris et échanges des oiseaux, riche par ses couleurs automnales…

Je terminerai par un petit mot sur les trois parties du texte. L’auteur s’amuse des mots et pousse son jeu à changer de narration, dans la partie centrale. C’est très agréable. Un peu comme un essai, un écrit pour la beauté avec des thèmes imposés.
Trois fins sont proposées, avec la vision de chacun des personnages. Je n’ai pas eu de préférence, et je crois que l’une d’elles m’aurait manqué, si l’auteur s’était contenté d’une seule.

ContePlaineBois_NEW02

Chef d’œuvre à Londres

Voilà Le Vaisseau ardent en une très agréable compagnie chez La Page, librairie londonienne,

« Un récit riche et complexe dans lequel l’auteur fait preuve d’une maîtrise de l’écriture et de la langue. Un chef-d’œuvre ! »

VALondon copie

 

Récidive de l’auteur de cette recension, sur son blog personnel, où Le Vaisseau ardent, l »un de ses plus gros coups de cœur, se voit gratifié de sublime…

 

Un roman ambitieux

Pour Boudicca, de Biblioscome , Le Vaisseau ardent est…

« un roman ambitieux et habilement construit qui nous entraîne au cœur d’une formidable légende maritime. »

Même si le roman lui semble trop long, la blogueuse estime que…

« Jean-Claude Marguerite s’est lancé ici dans un véritable travail d’orfèvre et s’amuse à imbriquer des récits dans des récits et à constamment laisser planer le doute quant à l’épaisseur de la frontière séparant le réel du fantastique. »

« Parce que pour se lancer dans l’écriture d’un ouvrage aussi considérable tout en respectant une structure narrative aussi complexe, il faut quand même avoir du courage. Et de l’imagination, chose que Jean-Claude Marguerite possède en abondance. L’auteur nous propose ainsi une très belle réflexion sur l’âge de l’enfance, la mémoire mais aussi le travail de l’historien ou encore l’importance des mythes. »

Le Vaisseau ardent (couvertures Folio et ebook)

Le Vaisseau ardent (Folio et ebook)

Personnages d’enfants

« J’ai l’impression de passer ma vie à écrire / dire que c’est très dur d’écrire de bons personnages d’enfants. Et c’est vrai. C’est le seul point pour lequel je lève mon chapeau au livre Le Vaisseau Ardent de Jean-Claude Marguerite (seulement pour les deux gosses du début, cela dit). »

nous dit Une place à soi, à propos de Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur d’Harper Lee.

Levez l’ancre, larguez les amarres!

Pour Neko in wonderland, Le Vaisseau ardent, une lecture originale et envoûtante.

Levez l’ancre, larguez les amarres ! Partez ! Et surtout, laissez-vous porter, ne soyez pas impatient : vous devrez accepter de ne pas tout comprendre, surtout au début. Ne soyez pas effrayé par la taille du livre : les lignes et les pages défileront plus vite que vous ne pourriez le penser. En effet, l’auteur varie les narrateurs, les points de vue et les types de narration avec un style terriblement efficace. La langue, aussi, est très travaillée : l’auteur joue avec les mots et les manie d’une façon remarquable.

Le Vaisseau ardent (couvertures Folio et ebook)

Le Vaisseau ardent (Folio et ebook)

Older posts Newer posts