Premier roman, paru en 2010 aux éditions Denoël, Coup de cœur 2010 du Point. Édité en Folio SF (n° 453) en avril 2013. Édité en numérique en décembre 2013 en deux tomes, Le Pirate Sans Nom et La Rédemption du pirate par l’auteur.

« Un premier roman de 1 300 pages, dix-huit ans d’écriture, un projet unique dans la littérature française contemporaine »
(extrait du dossier de presse Denoël)

L’histoire

Yougoslavie, fin des années cinquante. Dans un petit port de l’Adriatique, Anton et Jak, dix et onze ans, assouvissent leurs rêves de piraterie en volant des bijoux, de l’argent et des instruments de navigation sur les bateaux qu’ils astiquent pendant le jour – tout un butin qu’ils entreposent dans une cave laissée à l’abandon. Alors qu’ils doivent cesser leurs cambriolages, car pêcheurs et miliciens recherchent activement les voleurs du port, les deux garçons font la connaissance d’un ivrogne. En échange d’alcool, le vieil homme leur raconte l’épopée du Pirate Sans Nom, un forban hors du commun qui aurait disparu sans laisser de trace, tout en emportant avec lui son trésor, le plus fabuleux de l’histoire de la piraterie. Pour Anton, ce qui n’est sans doute qu’une légende va devenir sa principale raison de vivre. Devenu un pirate des temps modernes, un pilleur d’épaves, sa quête le mènera aux quatre coins de la planète, et il découvrira que derrière l’énigme du Pirate Sans Nom s’en cache une autre, bien plus ancienne, celle du Vaisseau ardent… 

De l’Égypte prépharaonique à l’Amérique contemporaine, en passant par l’âge d’or des Caraïbes et les glaces du Groenland, Le Vaisseau ardent nous embarque pour la plus grande chasse au trésor jamais contée. Mais quelle est la vraie nature du trésor ?

 Échos

Pour consulter les critiques parues dans la presse ou picorées dans les blogs littéraires, sans omettre l’avis des libraires, ou parcourir les interviews, découvrir la liste des prix littéraires ratés de peu ou encore profiter de quelques indiscrétions, rendez-vous ici !

«Comme un grand vent marin qui nous pousse à agir, à nous améliorer.» Philippe Sandre

 Bande annonce