Jean-Claude Marguerite

littérature et photographie

Category: (indiscrétions…) (page 1 sur 2)

Flaubert et l’imaginaire

En cette période où les acteurs de la littérature de l’imaginaire rappellent que la littérature a tout à perdre  des exclusions et des a priori, et se souviennent, incidemment, que le premier prix Goncourt fut un pur SF, il est à souligner que les éditions Mnemos et Moutons électriques publient de concert deux beaux livres sur Flaubert, en tirage limité.
Au sommaire : Salammbô,  Voyage à Carthage, Voyage en Orient, La Légende de Saint Julien l’Hospitalier.
Ces textes sont enrichis d’analyses et de témoignages de lectures (dont le mien).

salammbovoyage-orient

Le Vaisseau ardent en VendrediLecture

Si vous fréquentez les réseaux sociaux :) et aimez lire :) vous connaissez nécessairement VendreLecture, qui invite au partage de nos lectures en cours… Le Vaisseau ardent y était à l’honneur ce 14 juillet…

Vaisseau_ardent_Folio_SFx308

Le « nature writing » : un homme, un chien…

Dans son blog personnel, André-François Ruaud, éditeur des Moutons électriques* évoque le « nature writing », un genre à « double nationalité », l’anglaise et l’américaine, dont il n’a publié que trois titres (encore que non anglo-saxons), issus de rencontres non préméditées :

J’ai déniché un petit peu d’une expression francophone du « nature writing », une approche bien à nous où un brin de fantastique permet de toucher à notre rapport avec l’environnement naturel — un fantastique à ciel ouvert. J’en veux pour preuve, par exemple, que le Marguerite répond presque exactement à la définition qu’esquissait du « nature writing » un journaliste du Figaro il y a quelques années : « Un homme. Un chien, peut-être. Un homme et son chien, éventuellement ! Des arbres, du ciel, de l’eau, de la neige, des cailloux. Des parties de pêche, de chasse, et beaucoup de solitude. »

IMG_1690

Ce « brin de fantastique » (d’étrangeté, donc) me semble pourtant être ce qu’il y a de plus réaliste, par le fait que ce qui émerveille dépasse ce qui se raisonne, que le rêve, yeux ouverts, nous guide et nous forge – marcher sous les arbres avec son chien, quelle puissante invitation, quelle libération ! C’est emprunter des sentiers non balisés, pour le plaisir fou d’exister. Il ne faut pas oublier qu’en français « étrange” et “forêt” partagent la même étymologie – tout comme “feuille” et “folie”…
Par le biais du souvenir d’un chien, Dick, Conte de la plaine et des bois confronte un vieil homme à l’enfance (pas seulement la sienne), car ce qui émerveille parle à l’enfant qui subsiste dans l’adulte, une part qui n’a rien d’anodin – ce que Frédérique Roussel, entre autres, a si bien traduit pour Libération :

Fantastique balade dans des bois hostiles et familiers, sensible revisitation de l’enfance perdue qui a souvent laissé en chacun de soi un Dick aimé.

zone-du-dehors-1612-conte-de-la-plaine

* à l’origine du nom de cette maison d’édition, pour laquelle l’imaginaire est plus une ouverture qu’un repli, se trouve le roman de Philip K. Dick, Do Androids Dream of Electric Sheep ? (Les Androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?), à l’origine du film Blade Runner. 

Le Vaisseau ardent, une aventure littéraire

Et si le vrai trésor ne s’enterrait pas ? Si le vrai trésor n’était pas ce qui se cache, mais ce qui se partage ? Pas ce qui s’achète, mais ce qui se donne ? Rien qui s’enferme, mais qui libère…

Citation extraite du Vaisseau ardent, reprise sur Babelio

Histoire de pirates, chasse au trésor, mythes et légendes, mondes imbriqués, conte initiatique, théâtre, tradition orale, Le Vaisseau ardent est paru voici sept ans, après bien des années d’écriture. Un grand merci à Gilles Dumais qui a cru dans les premières pages de cette aventure littéraire, à Denoël qui a pris le risque d’un si gros premier roman, à Pascal Godbillon qui a publié ses 1562 pages en un Folio SF, à Franz-Olivier Giesbert et Christophe Ono-dit-Bio qui ont remarqué  « cet objet littéraire non identifié » en lui attribuant le coup de cœur 2010 du Point, à tous les journaux, les librairies, les blogueurs  et booktubeurs qui ont contribué à le faire connaître – et aux lecteurs !

VALondon copie

« Ce sont ici les pirates qui, dans cette œuvre palimpseste où le temps se cristallise, voguent entre Histoire et mythe, entre utopie enfantine et réalisme adulte. Cette fresque de la “gent noire”, imprégnée des réflexions de Gilles Lapouge, arrime ensemble toutes les facettes de l’archétype et les transcende. C’est à se demander s’il est encore possible d’écrire un roman de la flibuste après une telle acmé littéraire… »

Extrait de La Légende du drapeau noir, deJulie Proust Tanguy.

Prix littéraires

critiques__308x120

Partager ses mondes

Je ne saurais répondre à la question rituelle du « Pourquoi écrivez-vous » qu’en avouant que je ne peux pas vivre autrement. C’est une chose que j’ai toujours faite, depuis les pièces de marionnettes que j’inventais et jouais pour les enfants de mon village, n’étant guère plus âgé. Longtemps, j’ai amassé les manuscrits inachevés (j’y pioche parfois quelques scènes) et les refus polis d’éditeurs quand j’allais jusqu’au bout. Puis, mes exigences ont changé, je n’ai plus écrit d’abord pour moi, pour le plaisir d’écrire, mais dans l’attente d’être lu.
Seulement, les choses, elles, n’ont pas vraiment changé dans mon quotidien avec la publication du Vaisseau ardent. Les épreuves corrigées, l’aventure était derrière moi ; je me suis retrouvé devant mon clavier, avec mes chats. Mes rencontres avec le public ne se sont pas prolongées au-delà du week-end de sa parution – certes, pour y recevoir, à Nice, le Coup du cœur du Point 2010, avec un bafouillage en règle devant 400 personnes, je ne suis pas un show-man. Ensuite, rien. Sinon quelques lettres, beaucoup de recensions, de coups de cœurs, mais jusqu’à Conte de la plaine et des bois, pas un tête-à-tête avec un lecteur.
Grâce aux signatures*, en librairie et salon, de Conte de la plaine et des bois,  j’ai échangé avec des lecteurs autour de mes deux romans – pas seulement de futurs lecteurs. Mes livres ont pris alors une autre réalité à mes yeux, à travers les leurs. Ou plutôt, une autre dimension, celle, sensible, d’un partage.
En voici une autre perspective, indirecte, via un blogueur** qui, dans sa réponse à onze questions littéraires, déclare qu’il aimerait vivre dans « le monde semi-rêvé de Jean-Claude Marguerite, dans Le Vaisseau ardent », qu’il avait chroniqué voici quelques années, avant de me faire figurer en quatrième place des auteurs avec qui il souhaiterait passer un après-midi… Et là, je me retrouve dans une position tout à fait familière, puisque la mienne quand je dévore un roman… Sauf qu’il s’agit, cette fois, de mes mondes.

JCMarguerite Salon du Livre 2017 ActuSF Jerôme VincentAu Salon du livre de Paris, photo Jérôme Vincent, ActuSF

* Prochaines dédicaces : le Salon fantastique, du 6 au 8 mai, à Paris ; librairie La Curieuse, à Argentan (d’ici l’été).
** Le blog où MrK sévit, ses recensions :  Le Vaisseau ardent,  Conte de la plaine et des bois.

Conte&Vaisseau

 

Un peu de ciel

Cela faisait longtemps que je n’avais pas eu le temps d’écrire dans mon jardin… L’histoire trotte dans ma tête, c’est aussi agréable (mais quelque peu moins rapide) que de relire. Ce qui n’empêche pas de chercher l’inspiration dans les nuées… Et, ces jours-ci, le jeu des nuages s’accordait à « Merveille » avec mon sujet.

ciel 2016-07-24 19.45.44

 

ciel IMG_4992

Ailleurs, c’est ici et maintenant

Bien trop souvent depuis l’ouverture de ce blog, j’ai eu l’occasion d’évoquer les tragédies sanglantes qui semblent se multiplier dans le pays – et un peu partout.
Lorsque j’ai écrit la nouvelle Le Fou de Dieu, je faisais référence aux propos du curé de mon enfance, un tel fou ne pouvant être que bon. En l’occurrence, mon personnage s’est détaché de Dieu, mais pas de Sa folie.
Fou de Dieu, aujourd’hui, ne qualifie plus que les fanatiques terroristes, stigmatisant ainsi que le pire côtoie le meilleur dans l’homme. L’histoire se déroule dans les tranchées de Verdun (entre deux assauts, mon personnage se voit écrivain), parce qu’il était clair, alors, que l’homme avait atteint le paroxysme de la barbarie, que plus jamais l’on ne reverrait ça.
Conte de la plaine et des bois semblera écrit dans un registre mineur pour qui n’y lira que le périple d’un créateur de dessins animés, d’un jeune garçon et d’un chien qui ne doit pas mourir sans amour. Pourtant, l’épisode déclencheur de la vocation de vieil homme est bien un acte de barbarie, perpétré dans son enfance contre son chien, et qui le propulsera dans un monde féérique, autant par les personnages qu’il inventera et mettra en scène, que par l’illusion d’être utile, de protéger ses « millions d’enfants ». Devenu un vieil homme, il découvre la précarité de son illusion et, de plain-pied dans la réalité, échouera à en nourrir un seul. Encore que.
Avec “tous lire”,  j’ai expliqué le sens de ma démarche : les contes de fées, comme les romans dont ils sont le préambule, d’autant plus qu’ils se situent dans un ailleurs, nous aident à affronter le pire et à donner le meilleur. Le reste me semble plus divertissement que littérature.

Twitt160715#Nice

Un extrait de Conte de la plaine et des bois

Les Moutons électriques ont mis en ligne un long extrait de ce court roman, dévoilant la couverture de Conte de la plaine et des bois, un court récit de « nature writing » teinté de fantastique et de poésie…

ContePlaineBois

Petites manies, et grande perte

Dès l’âge de huit ans, j’ai aimé taper à la machine à écrire. Je n’ai cessé de les collectionner, jusqu’à mon premier ordinateur, un Amstrad vendu avec son imprimante – une révolution, alors. Quel plaisir de pouvoir corriger son texte sans tout ressaisir ! Ensuite, mon premier Mac : un Mac 128, offert par une cliente qui n’en avait pas l’usage (une disquette pour charger le système, une autre pour charger Word, qui pesait en tout et pour tout ses 500 Ko, une dernière pour enregistrer son document). Avec mon premier portable, découverte de la vie d’écrivain nomade : ne plus être cantonné dans son bureau, distinguer enfin l’écriture travail de l’écriture passion. Avec le MacBook Air (le premier modèle, je n’ai pas su attendre), je me suis mis à écrire partout, à tout bout de champ : dans une salle d’attente, sur une banquette du métro, à une terrasse, contre le lit d’une de mes filles qui peinait à s’endormir (cette extrême mobilité m’a amené à me consacrer pour quelques minutes à la réécriture d’un ou deux paragraphes, pris souvent au hasard, ce qui a changé mon regard sur mon travail, comme si cette perspective inédite réclamait la justification de ces passages et, de là, du tout). Avec le tout dernier, réactif (prendre une note sans attendre), lumineux (enfin écrire dans son jardin quand il ne pleuvine pas) et endurant (dix heures avec juste la sauvegarde permanente en WiFi), j’avais l’outil idéal en main.
Mais, outre ces aspects pratiques, j’ai développé un rapport singulier avec l’écran. Certains écrivent debout ou se relisent à haute voix ; aussitôt l’écran levé, je suis déconnecté du reste du monde : il n’y a plus que ce livre qui compte. Ouvrir le capot, c’est comme rejoindre ma tour d’ivoire, ou laisser tomber le masque : je suis tout entier dans l’écriture.

Vulnérable

Pourquoi tous ces mots sur mes petites manies ? Parce que j’en mesure le grand manque : le 18 mai, quelqu’un est entré chez moi, une minute ou deux, et a dérobé cet ordinateur que j’avais laissé en évidence, puisque j’étais dans une autre pièce…
Maniaque des sauvegardes (l’Amstrad s’éteignait inopinément plusieurs fois par jour), je n’ai rien perdu de mes textes. J’ai juste perdu mon outil d’écriture – et, avec lui, de mon entrain, de mon allant, de la joie d’ajouter une page.
Alors, certes, j’ai accès à d’autres postes de travail. Et je passe, effectivement, d’un ordinateur à l’autre, et même, comme actuellement, à une tablette d’emprunt. Je continue d’écrire, un peu. Seulement, je suis dans un costume trop étroit et qui a l’odeur d’un autre. Certes, à force de concentration, les paragraphes s’additionnent, mais ce n’est pas ça. J’ai le sentiment de produire du brouillon, du provisoire, et j’attends d’y revenir avec mon nouveau portable.
Tiens, oui : pourquoi ne pas nous en avoir racheté un autre ?
Bon, les 10 000 exemplaires du Vaisseau ardent ont produit une année de loyer, ce qui n’est déjà pas si mal quand on se penche sur l’économie de l’écrivain. Mais, reste l’assurance. Laquelle prévoit les intrusions clandestines. J’ai donc fourni le rapport de police, le plan et les photos du trajet éclair du voleur, la vue évidente du matériel volé du bout du couloir, rappelé mon ancienneté d’au moins vingt années sans sinistre, et l’activité exercée avec cet ordinateur.
Oui, mais… Si je mentais ?

Négligeable

Le service technique de mon assureur pense que je suis sincère et a remis un avis favorable ; après un mois de délibération, la direction, qui tranche en dernier ressort, a jugé que non. Indemnités refusées.

Un voleur m’a fait mesurer combien j’étais vulnérable, un assureur combien j’étais négligeable.
Chat_IMG_4450

Mon chat aussi est concerné…

Les Moutons s’illustrent aux Imaginales

À noter que Melchior Ascaride, qui signe la couverture de Conte de la plaine et des bois, vient d’obtenir le prix Imaginales 2016 « pour l’identité graphique des Moutons électriques », une maison très attachée à sortir « de la tradition d’illustration pour aller vers le graphisme »,  dit André-François Ruaud dans son éditorial de ce jour.

banniere FB conte

Articles précédents

© 2017 Jean-Claude Marguerite

Thème Wordpress par Anders NorenUp ↑