Jean-Claude Marguerite

littérature et photographie

Category: Littérature (page 1 of 17)

The Women of the Père-Lachaise

La revue Loenke magazine vient de publier une interview à propos de mon travail photographique sur le statuaire féminin du cimetière parisien du Père-Lachaise.

“It seems to me that this is the essence of photography, containing a singular element that modifies the perception of what is represented. “

50 chefs-d’œuvre du Fantastique et de la Transfiction

Le Vaisseau ardent figure dans le classement des 50 chefs-d’œuvre du Fantastique et de la Transfiction de justaword.

« Partez explorer des contrées étranges et perdez-vous dans les interstices avec la Bibliothèque idéale du Fantastique et de la Transfiction. Si vous ne savez pas où aller et que les genres vous ennuient, si les étiquettes vous pèsent et que vous cherchez de nouveaux territoires à explorer, alors embarquez-vous dans un voyage où plus rien n’est réel… ou presque ! »

Contes de la plaine et des bois : le graphiste

La (très belle) couverture de Conte de la plaine et des bois a été créée par Melchior Ascaride, à l’honneur cette semaine dans Télérama.

L’image, sans le texte…

Et le judicieux positionnement de celui-ci…

11 Novembre

Voici l’une de mes plus anciennes photos, le défilé du 11 Novembre, alors que je devais avoir 16 ans. Jusque-là, je défilais aussi d’un monument aux morts à l’autre (celui de ma commune, celui d’une autre, mitoyenne) avec tous les écoliers. J’étais depuis le 1er avril correspondant de presse (je deviendrai auxiliaire de rédaction à Ouest-France quelques années plus tard, également un 1er avril, à un poste où me succèdera Michel Onfray).
Il était impossible d’ignorer les guerres. Sur un des côtés du « champ de foire » que traversaient ces survivants, l’école, sur un autre, les baraquements en bois des réfugiés qui ont rejoint le village après les bombardements de la Libération, dont mon père qui a longtemps trouvé abri dans une maison sans toit.
J’ai mis des années à écrire Le Fou de Dieu, marqué par la citation que j’ai reproduite de notre curé: « Dieu, dans Sa folie, a laissé l’homme libre. » C’est la seule nouvelle que j’ai diffusée (en numérique, gratuite, dont une version en grands caractères), où je mets en scène un jeune poilu qui s’extraie de la folie des tranchées en se rêvant écrivain, et que la réalité rattrape.

Dans les cales du Vaisseau ardent…

Grand plaisir : découvrir que le Vaisseau ardent est entré dans l’imaginaire de lecteurs…

Un roman addictif: Le Vaisseau ardent

« Le Vaisseau ardent (T1, Le Pirate Sans Nom) est un livre addictif, et passionnant, avec des personnages touchants et attachants. »

Tel est, en résumé, l’avis de Mickaeline, qui livre également quelques citations, dont ces extraits (à propos de la commande passée à l’Ivrogne d’un livre sur la piraterie)…

Le livre devait abonder dans le genre, l’éditeur ne visait ni l’originalité ni la vraisemblance, mais la mise en scène d’une panoplie d’archétypes sur fond d’horizons lointains – au lecteur de suppléer à la pauvreté du texte par les images puissantes de son cinématographe personnel.

Mais, bon… Un pirate qui pleure, ça prête à rire. 

J’ai une pire idée : l’amour. Ça marche à tous les coups – et ceci est une vérité historique : tant de grands desseins sont nés du vaudeville…

Et puis, petit plaisir, après avoir eu deux superbes couvertures des éditions papier, ce commentaire sur la version numérique que j’ai composée en reprenant le tableau qui m’a accompagné pendant l’écriture de ce premier roman.

« Je reconnais que cette couverture m’intriguait au plus haut point. Elle laisse planer un certain mystère, que j’avais vraiment envie de percer. »

Le Vaisseau ardent : un roman d’aventure

Nevertwhere a retroussé ses manches, vidé sa PAL et s’est attaquée au Vaisseau ardent

«.… un roman qu’il vaut mieux emmener lors d’un long trajet où on pourra s’immerger plus facilement dans la lecture pendant plusieurs heures d’affilée. Un roman d’aventure à lire donc de préférence lorsque l’on part soi-même à l’aventure ! »

 

« La deuxième partie s’est révélée beaucoup plus linéaire et facile à lire. Mettant en scène une aventure qui pourrait évoquer des romans de Jules Verne dans son commencement, elle prend par la suite un tournant inattendu en direction des mythes anciens et de Peter Pan, et rassemble plutôt bien les différentes pièces du puzzle sur la fin. »

 

« Superbement orchestré et bien documenté, Le vaisseau ardent est donc un roman fort intéressant à lire et plutôt prenant, surtout quand on aime les histoires de pirates.»

Le Vaisseau ardent (couvertures Folio et ebook)

Le Vaisseau ardent (Folio et ebook)

La Croisade des feuilles contre l’hiver

C’est ainsi et en ce moment que s’engage la Croisade des feuilles contre l’hiver, telle que décrite dans Conte de la plaine et des bois !

Feuillages d'octobre 2017

Feuillages d’octobre 2017

La croisade des feuilles contre l'hiver

 

Feuillages d'octobre 2017

Feuillages d’octobre 2017

Conte de la plaine et des bois

Conte de la plaine : à lire au chaud

Pour Supervagabond, Conte de la plaine et des bois est à lire au chaud. Et en octobre, de préférence…

Un thé chaud à portée de mains, laissez la magie de l’imagination vous enivrer dans ce « Conte de la Plaine et des Bois ».
Une belle aventure, ode à la nature et à la poésie, nostalgique, parfois comique et ornée d’une part féerique.

Aurais-je raté ma vocation ? (podcast)

Selon Neil Jomunsi*, j’ai raté ma vocation, celle d’homme-orchestre. C’est du moins ce qui ressort de la présentation de l’entretien-promenade qui s’est déroulé dans les allées du cimetière du Père-Lachaise à Paris. Pourquoi ce cimetière ? Pourquoi homme-orchestre ? Tout est dit dans ce podcast, un peu moins d’une heure sur la littérature, la photo, la musique, le dessin, l’édition, les enfants…

Jean-Claude Marguerite a raté sa vocation d’homme-orchestre, mais continue de toucher à tout : écrivain, journaliste, publicitaire, photographe, il est notamment l’auteur de deux romans, « Le Vaisseau Ardent » (Denoël) et « Conte de la plaine et des bois » (Les Moutons Électriques). Avec lui, je remonte les allées du Père-Lachaise pour causer écriture, lumière et temps qui passe.

Sur la photo, voir celles du statutaire féminin du Père-Lachaise, celles des affiches altérées du métro parisien.

  

 

*(éditeur Walrus, blogueur page42.org, et nouvelliste marathonien du projet Bradbury), Neil Jomunsi propose désormais Pod42, “le podcast où pendant une heure, on parle de tout et de rien avec celles et ceux qui font la culture, et c’est très bien comme ça.”

Older posts