Jean-Claude Marguerite

littérature et photographie

Author: Jean-Claude Marguerite (page 1 sur 41)

Flaubert et l’imaginaire

En cette période où les acteurs de la littérature de l’imaginaire rappellent que la littérature a tout à perdre  des exclusions et des a priori, et se souviennent, incidemment, que le premier prix Goncourt fut un pur SF, il est à souligner que les éditions Mnemos et Moutons électriques publient de concert deux beaux livres sur Flaubert, en tirage limité.
Au sommaire : Salammbô,  Voyage à Carthage, Voyage en Orient, La Légende de Saint Julien l’Hospitalier.
Ces textes sont enrichis d’analyses et de témoignages de lectures (dont le mien).

salammbovoyage-orient

Le Vaisseau ardent en VendrediLecture

Si vous fréquentez les réseaux sociaux :) et aimez lire :) vous connaissez nécessairement VendreLecture, qui invite au partage de nos lectures en cours… Le Vaisseau ardent y était à l’honneur ce 14 juillet…

Vaisseau_ardent_Folio_SFx308

Le « nature writing » : un homme, un chien…

Dans son blog personnel, André-François Ruaud, éditeur des Moutons électriques* évoque le « nature writing », un genre à « double nationalité », l’anglaise et l’américaine, dont il n’a publié que trois titres (encore que non anglo-saxons), issus de rencontres non préméditées :

J’ai déniché un petit peu d’une expression francophone du « nature writing », une approche bien à nous où un brin de fantastique permet de toucher à notre rapport avec l’environnement naturel — un fantastique à ciel ouvert. J’en veux pour preuve, par exemple, que le Marguerite répond presque exactement à la définition qu’esquissait du « nature writing » un journaliste du Figaro il y a quelques années : « Un homme. Un chien, peut-être. Un homme et son chien, éventuellement ! Des arbres, du ciel, de l’eau, de la neige, des cailloux. Des parties de pêche, de chasse, et beaucoup de solitude. »

IMG_1690

Ce « brin de fantastique » (d’étrangeté, donc) me semble pourtant être ce qu’il y a de plus réaliste, par le fait que ce qui émerveille dépasse ce qui se raisonne, que le rêve, yeux ouverts, nous guide et nous forge – marcher sous les arbres avec son chien, quelle puissante invitation, quelle libération ! C’est emprunter des sentiers non balisés, pour le plaisir fou d’exister. Il ne faut pas oublier qu’en français « étrange” et “forêt” partagent la même étymologie – tout comme “feuille” et “folie”…
Par le biais du souvenir d’un chien, Dick, Conte de la plaine et des bois confronte un vieil homme à l’enfance (pas seulement la sienne), car ce qui émerveille parle à l’enfant qui subsiste dans l’adulte, une part qui n’a rien d’anodin – ce que Frédérique Roussel, entre autres, a si bien traduit pour Libération :

Fantastique balade dans des bois hostiles et familiers, sensible revisitation de l’enfance perdue qui a souvent laissé en chacun de soi un Dick aimé.

zone-du-dehors-1612-conte-de-la-plaine

* à l’origine du nom de cette maison d’édition, pour laquelle l’imaginaire est plus une ouverture qu’un repli, se trouve le roman de Philip K. Dick, Do Androids Dream of Electric Sheep ? (Les Androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?), à l’origine du film Blade Runner. 

Conte de la plaine : “tous les compliments du monde !”

Niooz, qui avait aimé Le Vaisseau ardent, partage son avis sur Conte de la plaine et des bois  (et aussi sur babelio) qui « mériterait tous les compliments du monde ! »

Il y a un voyage de fin de vie, un voyage d’inspiration et un voyage d’apprentissage. (…) Comment ne pas se sentir transporté après tout cela ? Comment ne pas aimer ce voyage si bien écrit, avec un rythme parfait pour ce genre de balade. On a envie de prendre ce livre et de l’emmener faire le tour du monde. On a envie de sentir l’herbe après la pluie. On a envie d’entendre les bruits des rames sur un lac. On a envie d’écouter de belles chansons pendant la marche. On a envie de cueillir des fleurs sauvages au soleil. Merci Jean-Claude et à très vite j’espère…

moutons-electriques-conte-de-la-paline-er-de-bois-marguerite

Gagnez une scène coupée du Vaisseau ardent

A44721.indd

Vous participez au challenge pavé de l’été ou vous souhaitez chroniques un livre sur les pirates, la chasse au trésor, le fantastique, les grands mythes ? Signalez-moi votre recension inédite  du Vaisseau ardent (1563 pages en Folio SF), et je vous offre une scène coupée dédicacée.

Le Vaisseau ardent, une aventure littéraire

Et si le vrai trésor ne s’enterrait pas ? Si le vrai trésor n’était pas ce qui se cache, mais ce qui se partage ? Pas ce qui s’achète, mais ce qui se donne ? Rien qui s’enferme, mais qui libère…

Citation extraite du Vaisseau ardent, reprise sur Babelio

Histoire de pirates, chasse au trésor, mythes et légendes, mondes imbriqués, conte initiatique, théâtre, tradition orale, Le Vaisseau ardent est paru voici sept ans, après bien des années d’écriture. Un grand merci à Gilles Dumais qui a cru dans les premières pages de cette aventure littéraire, à Denoël qui a pris le risque d’un si gros premier roman, à Pascal Godbillon qui a publié ses 1562 pages en un Folio SF, à Franz-Olivier Giesbert et Christophe Ono-dit-Bio qui ont remarqué  « cet objet littéraire non identifié » en lui attribuant le coup de cœur 2010 du Point, à tous les journaux, les librairies, les blogueurs  et booktubeurs qui ont contribué à le faire connaître – et aux lecteurs !

VALondon copie

« Ce sont ici les pirates qui, dans cette œuvre palimpseste où le temps se cristallise, voguent entre Histoire et mythe, entre utopie enfantine et réalisme adulte. Cette fresque de la “gent noire”, imprégnée des réflexions de Gilles Lapouge, arrime ensemble toutes les facettes de l’archétype et les transcende. C’est à se demander s’il est encore possible d’écrire un roman de la flibuste après une telle acmé littéraire… »

Extrait de La Légende du drapeau noir, deJulie Proust Tanguy.

Prix littéraires

critiques__308x120

Prochaine dédicace

Prochaines dédicaces  les dimanche 7 et lundi 8 mai au Salon Fantastique (Paris Event Center, 20 Avenue de la Porte de la Villette), en début d’après-midi. Au stand des Indés de l’imaginaire…

Partager ses mondes

Je ne saurais répondre à la question rituelle du « Pourquoi écrivez-vous » qu’en avouant que je ne peux pas vivre autrement. C’est une chose que j’ai toujours faite, depuis les pièces de marionnettes que j’inventais et jouais pour les enfants de mon village, n’étant guère plus âgé. Longtemps, j’ai amassé les manuscrits inachevés (j’y pioche parfois quelques scènes) et les refus polis d’éditeurs quand j’allais jusqu’au bout. Puis, mes exigences ont changé, je n’ai plus écrit d’abord pour moi, pour le plaisir d’écrire, mais dans l’attente d’être lu.
Seulement, les choses, elles, n’ont pas vraiment changé dans mon quotidien avec la publication du Vaisseau ardent. Les épreuves corrigées, l’aventure était derrière moi ; je me suis retrouvé devant mon clavier, avec mes chats. Mes rencontres avec le public ne se sont pas prolongées au-delà du week-end de sa parution – certes, pour y recevoir, à Nice, le Coup du cœur du Point 2010, avec un bafouillage en règle devant 400 personnes, je ne suis pas un show-man. Ensuite, rien. Sinon quelques lettres, beaucoup de recensions, de coups de cœurs, mais jusqu’à Conte de la plaine et des bois, pas un tête-à-tête avec un lecteur.
Grâce aux signatures*, en librairie et salon, de Conte de la plaine et des bois,  j’ai échangé avec des lecteurs autour de mes deux romans – pas seulement de futurs lecteurs. Mes livres ont pris alors une autre réalité à mes yeux, à travers les leurs. Ou plutôt, une autre dimension, celle, sensible, d’un partage.
En voici une autre perspective, indirecte, via un blogueur** qui, dans sa réponse à onze questions littéraires, déclare qu’il aimerait vivre dans « le monde semi-rêvé de Jean-Claude Marguerite, dans Le Vaisseau ardent », qu’il avait chroniqué voici quelques années, avant de me faire figurer en quatrième place des auteurs avec qui il souhaiterait passer un après-midi… Et là, je me retrouve dans une position tout à fait familière, puisque la mienne quand je dévore un roman… Sauf qu’il s’agit, cette fois, de mes mondes.

JCMarguerite Salon du Livre 2017 ActuSF Jerôme VincentAu Salon du livre de Paris, photo Jérôme Vincent, ActuSF

* Prochaines dédicaces : le Salon fantastique, du 6 au 8 mai, à Paris ; librairie La Curieuse, à Argentan (d’ici l’été).
** Le blog où MrK sévit, ses recensions :  Le Vaisseau ardent,  Conte de la plaine et des bois.

Conte&Vaisseau

 

Conte de la plaine : “le Merveilleux est là, à portée de main”

Pour Maëlle Alan,  Conte de la plaine et des bois “brosse avec une tendresse lucide et une délicatesse toute ciselée, parfois proche du poème en prose, la recherche d’un temps perdu, la nostalgie d’une innocence égarée.”

Les hommages sont nombreux, que ce soit aux livres qui bercent les imaginaires enfantins ou à ceux qui accompagnent les adultes contemplatifs (Bosco, Whitman, Thoreau et Rousseau ne sont pas loin). Tel Charles Foster Kane murmurant son dernier « rosebud », le vieil homme évoque ici sa vie : son premier deuil, ce chien perdu de façon violente (…)

Et de conclure dans le numéro 85 de la revue Bifrost (qui avait parlé du Vaisseau ardent dans son numéro 60), avant d’avertir que, « belle promenade douce-amère », ce roman « s’éloigne des genres habituellement chroniqués » :

Invitation à se perdre, et à se laisser porter par les sensations plutôt que par une histoire structurée, ce texte allégorique nous rappelle que la plus grande aventure reste la vie, dont le sens ne cesse de se défiler, même à l’heure où la nuit tombe.

A44721.indd

Conte de la plaine : « C’est un tableau qu’on lit… »

Remarqué par la bibliothèque de Nîmes, Conte de la plaine et des bois est présenté comme une

passerelle entre les âges et les mondes, entre la réalité et le rêve. Récit allégorique, onirique et philosophique sur l’enfance et ses mystères, les choix de vie, la solitude et la vieillesse…

Et Corinne L. de conclure :

J’ai été séduite par la qualité de l’écriture et la justesse des mots, le style soutenu, le sens du détail et la poésie qui enveloppe la narration. L’écriture picturale nous entraine dans une fantastique balade dans les bois.
C’est un tableau qu’on lit…

A44721.indd

Articles précédents

© 2017 Jean-Claude Marguerite

Thème Wordpress par Anders NorenUp ↑