Jean-Claude Marguerite

littérature et photographie

Category: Blogs (page 1 of 8)

Conte de la plaine : à lire au chaud

Pour Supervagabond, Conte de la plaine et des bois est à lire au chaud. Et en octobre, de préférence…

Un thé chaud à portée de mains, laissez la magie de l’imagination vous enivrer dans ce « Conte de la Plaine et des Bois ».
Une belle aventure, ode à la nature et à la poésie, nostalgique, parfois comique et ornée d’une part féerique.

Aurais-je raté ma vocation ? (podcast)

Selon Neil Jomunsi*, j’ai raté ma vocation, celle d’homme-orchestre. C’est du moins ce qui ressort de la présentation de l’entretien-promenade qui s’est déroulé dans les allées du cimetière du Père-Lachaise à Paris. Pourquoi ce cimetière ? Pourquoi homme-orchestre ? Tout est dit dans ce podcast, un peu moins d’une heure sur la littérature, la photo, la musique, le dessin, l’édition, les enfants…

Jean-Claude Marguerite a raté sa vocation d’homme-orchestre, mais continue de toucher à tout : écrivain, journaliste, publicitaire, photographe, il est notamment l’auteur de deux romans, « Le Vaisseau Ardent » (Denoël) et « Conte de la plaine et des bois » (Les Moutons Électriques). Avec lui, je remonte les allées du Père-Lachaise pour causer écriture, lumière et temps qui passe.

Sur la photo, voir celles du statutaire féminin du Père-Lachaise, celles des affiches altérées du métro parisien.

  

 

*(éditeur Walrus, blogueur page42.org, et nouvelliste marathonien du projet Bradbury), Neil Jomunsi propose désormais Pod42, “le podcast où pendant une heure, on parle de tout et de rien avec celles et ceux qui font la culture, et c’est très bien comme ça.”

Le Vaisseau ardent en VendrediLecture

Si vous fréquentez les réseaux sociaux 🙂 et aimez lire 🙂 vous connaissez nécessairement VendreLecture, qui invite au partage de nos lectures en cours… Le Vaisseau ardent y était à l’honneur ce 14 juillet…

Vaisseau_ardent_Folio_SFx308

Conte de la plaine : “tous les compliments du monde !”

Niooz, qui avait aimé Le Vaisseau ardent, partage son avis sur Conte de la plaine et des bois  (et aussi sur babelio) qui « mériterait tous les compliments du monde ! »

Il y a un voyage de fin de vie, un voyage d’inspiration et un voyage d’apprentissage. (…) Comment ne pas se sentir transporté après tout cela ? Comment ne pas aimer ce voyage si bien écrit, avec un rythme parfait pour ce genre de balade. On a envie de prendre ce livre et de l’emmener faire le tour du monde. On a envie de sentir l’herbe après la pluie. On a envie d’entendre les bruits des rames sur un lac. On a envie d’écouter de belles chansons pendant la marche. On a envie de cueillir des fleurs sauvages au soleil. Merci Jean-Claude et à très vite j’espère…

moutons-electriques-conte-de-la-paline-er-de-bois-marguerite

Partager ses mondes

Je ne saurais répondre à la question rituelle du « Pourquoi écrivez-vous » qu’en avouant que je ne peux pas vivre autrement. C’est une chose que j’ai toujours faite, depuis les pièces de marionnettes que j’inventais et jouais pour les enfants de mon village, n’étant guère plus âgé. Longtemps, j’ai amassé les manuscrits inachevés (j’y pioche parfois quelques scènes) et les refus polis d’éditeurs quand j’allais jusqu’au bout. Puis, mes exigences ont changé, je n’ai plus écrit d’abord pour moi, pour le plaisir d’écrire, mais dans l’attente d’être lu.
Seulement, les choses, elles, n’ont pas vraiment changé dans mon quotidien avec la publication du Vaisseau ardent. Les épreuves corrigées, l’aventure était derrière moi ; je me suis retrouvé devant mon clavier, avec mes chats. Mes rencontres avec le public ne se sont pas prolongées au-delà du week-end de sa parution – certes, pour y recevoir, à Nice, le Coup du cœur du Point 2010, avec un bafouillage en règle devant 400 personnes, je ne suis pas un show-man. Ensuite, rien. Sinon quelques lettres, beaucoup de recensions, de coups de cœurs, mais jusqu’à Conte de la plaine et des bois, pas un tête-à-tête avec un lecteur.
Grâce aux signatures*, en librairie et salon, de Conte de la plaine et des bois,  j’ai échangé avec des lecteurs autour de mes deux romans – pas seulement de futurs lecteurs. Mes livres ont pris alors une autre réalité à mes yeux, à travers les leurs. Ou plutôt, une autre dimension, celle, sensible, d’un partage.
En voici une autre perspective, indirecte, via un blogueur** qui, dans sa réponse à onze questions littéraires, déclare qu’il aimerait vivre dans « le monde semi-rêvé de Jean-Claude Marguerite, dans Le Vaisseau ardent », qu’il avait chroniqué voici quelques années, avant de me faire figurer en quatrième place des auteurs avec qui il souhaiterait passer un après-midi… Et là, je me retrouve dans une position tout à fait familière, puisque la mienne quand je dévore un roman… Sauf qu’il s’agit, cette fois, de mes mondes.

JCMarguerite Salon du Livre 2017 ActuSF Jerôme VincentAu Salon du livre de Paris, photo Jérôme Vincent, ActuSF

* Prochaines dédicaces : le Salon fantastique, du 6 au 8 mai, à Paris ; librairie La Curieuse, à Argentan (d’ici l’été).
** Le blog où MrK sévit, ses recensions :  Le Vaisseau ardent,  Conte de la plaine et des bois.

Conte&Vaisseau

 

16″ 58′ sur Conte de la plaine et des bois…

C’est une longue recension que Nebal,  à lire ici et à écouter là consacre au « petit » roman Conte de la plaine et des bois, dans lequel il voit d’ailleurs davantage une fable qu’un conte, en marge de l’imaginaire et du nature writing, et à l’ombre du Vaisseau ardent (qui nargue Nebal du haut de sa PAL).

Et si le Conte de la plaine et des bois, qu’on le veuille ou non – la quatrième de couverture n’aide pas, donc –, peut tout d’abord sembler peiner à exister sous l’ombre écrasante des dix-huit années d’écriture du monumental Vaisseau ardent, il n’en acquiert en définitive que davantage le poli d’une miniature conçue avec tendresse et attention, d’une « petite chose » pourtant aussi soignée, et qui a bien le droit d’exister pour elle-même.

Après une étude approfondie  (une minute de commentaire pour dix pages), Nebal rejoint assez celui émis par Frédérique Roussel dans Libération :

Je ne sais pas si le livre restera ; mais je crois savoir qu’il est chargé de quelque chose de pleinement signifiant – à la manière de ces souvenirs de tout un chacun, qui pourraient passer pour anodins au regard d’un monde qui bouge sans cesse et peut-être de plus en plus vite, mais qui, pour ceux qui les vivent, puis peut-être les cultivent, sont bien davantage porteurs d’émotion et de sens que tous les grands drames de l’histoire en marche.

A44721.indd

 

Conte de la plaine : fantastique balade

Frédérique Roussel, pour next.liberation, signe une belle recension de  Conte de la plaine et des bois, rencontre entre un vieux monsieur et un jeune garçon  :

Leur périple dure des heures dans une nature qu’à 13 ans, l’homme parcourait les yeux fermés avec Dick, la rivière, l’orme, la vallée, coussins verts, blocs calcaires…

Et de conclure…

Fantastique balade dans des bois hostiles et familiers, sensible revisitation de l’enfance perdue qui a souvent laissé en chacun de soi un Dick aimé.

moutons-electriques-conte-de-la-paline-er-de-bois-marguerite

… après avoir cité cet extrait :

«Mes lèvres s’étaient crispées. Certes, j’étais préparé à la déconvenue – à mon âge, nul besoin de revenir sur les lieux de son enfance pour apprendre la traîtrise de la mémoire, qui écarte tel épisode et refaçonne tel autre, selon d’obscurs caprices, et nous laisse pantois après s’être bien moqué de nous.»

Conte de la plaine : un livre qui fait du bien

Nouvelle présentation sur YouTube du roman Conte de la plaine et des bois par Il était une fois Perseneige, qui a songé à Pascal Quignard (Tous les matins du monde) et apprécie :

« le parcours rétrospectif du vieux monsieur, qui revient à des choses qu’il avait oubliées et qui pourtant ont toujours été présentes en lui« . Bref, « un livre parfait pour l’automne… Un livre qui fait du bien »

(ce qui me semble être l’un des plus beaux compliments qu’on puisse faire à propos d’un roman).

il-etait-une-fois-perseneige

Conte de la plaine : des choses simples et vraies

Plusieurs fois présenté sur YouTube, Conte de la plaine et des bois vient d’être présenté par Tea Dust And Book, qui apprécie cette histoire qui offre de revenir « aux fondamentaux, aux choses simples, aux choses vraies ». L’extrait peut être visionné ici

teadustandbook

Conte de la plaine : retrouver son âme d’enfant

Pour NokomisM, de Phenix-Web, Conte de la plaine et des bois est non seulement une « histoire qui nous prouve que parfois, le merveilleux se trouve juste derrière la porte… », mais qui pose des « questions qui resteront sans réponses, mais auxquelles le lecteur réfléchit, lui aussi, au fil des pages. »

« On frôle le fantastique à certains moments sans jamais vraiment sortir de la réalité. Tout comme ce vieil homme, on se demande, on s’interroge. Qui est vraiment Albert, le compagnon d’un gamin perdu ou la réincarnation du chien de son enfance ? Mister Kreekle, personnage fétiche de ce créateur d’histoires, n’aurait-il pas transmis un peu de son pouvoir à celui qui l’a fait naître à l’écran ? Et ce jeune garçon pour lequel tout est encore possible, ne serait-il pas celui que le vieil homme souhaiterait tant retrouver, lui qui ne peut aujourd’hui vivre que les conséquences des choix qu’il a faits par le passé ? »

extrait-tire-ContePlaineBois

Older posts