Jean-Claude Marguerite

littérature et photographie

Category: Critiques et recensions (page 3 of 12)

Conte de la plaine : les larmes aux yeux

« Gros coup de cœur de la rentrée » pour la librairie bordelaise La Zone du Dehors, Conte de la plaine et des bois « c’est de l’amour ».

« C’est le livre qui cette rentrée m’a le plus transporté. 159 pages seulement mais un grand texte. L’histoire d’un vieil homme qui part à la recherche de son chien. Rien d’autre si ce n’est une poésie comme je n’en avais jamais lu. J’ai eu des larmes pointant leurs molécules salées, des frissons, la chair de poule. Parce que c’est beau ! »

14590369_2143327745891644_7155039538977725616_n

Le 14 octobre, lecture par « Rendez-vous conte » en ma présence.

« Quand j’ai commencé à lire ce roman, j’ai fermé la librairie pour le terminer sans être dérangé », a déclaré Léo en préambule de cette soirée.

2016-10-15-12-49-41Lecture pleine d’émotions par Alix, de Rendez-vous conte.

 

Conte de la plaine n’est pas un thriller

maman, tu lis quoi ? s’est « perdue dans ce roman ».

Habituée aux thriller je me suis ennuyée, je veux bien m’éloigner des sentiers battus mais là j’ai été trop loin.

D’où sa « première déception littéraire », malgré la « très belle couverture » dudit roman (du bel ouvrage, il est vrai, plein de sens et de subtilités, tout à l’honneur de  Melchior Ascaride).

ContePlaineBois_NEW02

 

Conte de la plaine : « une fin émouvante »

« Six ans après la parution du Vaisseau Ardent, épais roman inclassable et improbable, Jean-Claude Marguerite nous revient avec Conte de la plaine et des bois, petit livre de 159 pages paru chez les Moutons électriques. »

nous dit Elbakin, qui précise…

« cet opuscule est avant tout une irruption de la fiction dans le nature writing, ode poétique à la forêt et à l’enfance. Récit doux-amer et profondément humain sur la vieillesse, les regrets et la création, ce Conte de la plaine et des bois est une porte d’évasion servie par une fin émouvante. »

Conte&Vaisseau2

Conte de la plaine : « subtil »

« Il ne faut pas se fier à l’apparente facilité que peut laisser transparaître ce court roman. »

déclare Salomé Lelièvre sur ActuSF.

« Jean-Claude Marguerite nous invite ici à plusieurs voyages, un voyage physique où nos protagonistes se laissent guider dans la nature, à pied et en barque, mais également un voyage intérieur, plus subtil encore que celui décrit aux confins de la plaine et des bois. »

Et de conclure :

« C’est avec beaucoup de poésie que Jean-Claude Marguerite nous conte ce récit pas banal dont j’en suis ressortie très émue. »

ContePlaineBois_NEW02

« Conte de la plaine » : émotion et ressenti

Melisande parle de Conte de la plaine et des bois, « cette histoire quelque peu étrange et onirique », un livre « tout en émotion et ressenti ».

En bref, Conte de la Plaine et des Bois est un roman que j’ai beaucoup aimé. On se laisse totalement emporter par la plume et l’univers de l’auteur qui nous propose un voyage d’un autre genre ici. Une quête initiatique ou la fin d’un voyage, un roman vraiment prenant que je vous conseille vivement.

Conte&Vaisseau2

Melissande avait déjà évoqué Le Vaisseau ardent « un roman captivant qui nous fait voyager et développer notre imaginaire. »

Conte de la plaine : « Une belle surprise ! »

La rencontre entre un vieil homme et un jeune garçon. Entre partage, échange et transmission, il se pourrait bien que nos deux personnages se nourrissent l’un de l’autre. Le tout avec une pointe de fantastique. Le pinceau de Jean-Claude Marguerite fait le reste. Écriture lumineuse pour un récit  aux allures de conte, dans lequel la nature est omniprésente. Une belle surprise !

Selon Mathieu Betton  de la librairie Decitre de Grenoble.

extrait-tire-ContePlaineBois

Conte de la plaine : une alchimie passionnante

Pour Léa Delapierre  Conte de la plaine et des bois est « une très belle histoire, avec une très belle conclusion ! » Et elle précise sur son blog, chez le chat du Cheschire :

C’est un très beau conte que nous offre Jean-Claude Marguerite, avec un langage riche, une histoire captivante, presque poétique. Cette introspection d’un homme âgé qui se heurte aux rêves d’un jeune garçon ne peut que nous toucher et nous faire vibrer !

De plus, la relation entre le vieil homme et l’enfant est également très bien décrite, une alchimie passionnante.

Conte&Vaisseau2

Conte de la plaine : « une plume travaillée et poétique »

Bibiocosme, qui avait apprécié Le Vaisseau ardent (« un pavé de plus de 1600 pages, imposant et exigeant »),  considère  Conte de la plaine et des bois comme une

« fable touchante faisant la part belle à la nature qui retrouve ici tout son potentiel d’émerveillement »

et regrette le peu de pages…

Le tout est porté par une plume travaillée et poétique qui donne lieu à des passages vraiment très beau qui ne manqueront pas de toucher le lecteur (la croisade des feuilles contre l’hiver, par exemple). Si « Le vaisseau ardent » était sans doute un peu trop long en dépit de son indéniable qualité, ce roman ci est en revanche un peu trop court…

ContePlaineBois_NEW02

Conte de la plaine et des bois : “Puissant !”

La sortie en librairie de Conte de la plaine et des bois est saluée ce jour par la belle critique du cafardsathome (qui se souvient avoir été « littéralement ensorcelé” par Le Vaisseau ardent) , qui commente ainsi la rencontre entre Manu, son chien et le vieil homme :

Entre balade, discussions à l’emporte-pièce et raisonnements de tous les jours, se dégage un dessein plus grand, qui nous dépasse tous, des pistes pour dégager le sens de la vie, de nos vies. Initiatique, ésotérique et hautement symbolique parfois, ce roman au détour de certaines situations et de certaines phrases échangées font pencher le récit dans la métaphysique : le poids des ans et le parcours de vie effectué, les regrets et remords qui peuvent jalonner certaines existences, les souvenirs bons et mauvais, le passage vers l’au-delà / l’après-vie qui nous attend tous… Sans pathos, ni lourdeurs, simplement par le verbe et l’imaginaire collectif, Jean-Claude Marguerite se révèle une fois de plus être un peintre hors pair de l’humanité, de ses affres et de ses petits bonheurs cumulés.

Et de conclure :

Ce Conte de la plaine et des bois ne vous laissera pas indemne, moi-même j’ai été sacrément secoué par la conclusion de cette petite pépite, cette fiction qui rejoint notre réalité partagée. La lecture est fluide, rapide, enivrante et procure attendrissement, émerveillement mais aussi une douce mélancolie qui envahit le cœur et l’âme. Une sacrée expérience que je vous convie à vivre au plus vite. Ce livre est une perle incontournable et un classique en puissance.

ContePlaineBois_NEW02

Conte de la plaine et des bois : “éloge de la rencontre fortuite”

Pour Les Lectures de Pampoune, Conte de la plaine et des bois « se présente d’emblée comme un roman très loin de tout ce que l’on peut connaître… »

C’est avec grand plaisir que j’ai retrouvé l’écriture pleine de poésie de l’auteur qui sait embarquer son lecteur dans l’univers qu’il décrit et qui ne peut laisser indifférent. Avec des personnages très forts et un cadre étonnant, ce roman à l’intrigue sous-jacente se lit comme une longue poésie et un éloge de la rencontre fortuite. Un livre à découvrir !

Et de conclure :

Jean-Claude Marguerite est un auteur à suivre et dont j’espère bien pouvoir lire bientôt d’autres textes.

ContePlaineBois

Older posts Newer posts