La douce bienveillance des madones, trop souvent stéréotypées, ramène à la douleur de la perte. Mais n’est-ce pas cette simplicité qui gage d’une présence consolatrice, au moment où les larmes nous viennent comme dans l’enfance ?

                     

Précédente : Les trois âges

L’image des femmes au Père-Lachaise, projet photographique de Jean-Claude Marguerite. Vidéo de présentation :